Archives mensuelles : décembre 2011

Norvège – Belgique: 1-0

Souvenez-vous, après Utoya, nous avons eu droit à des micro-trottoirs Norvégiens. Ah le micro-trottoir, le genre d’exercice très prisé des journalistes n’ayant tellement rien à dire qu’ils comblent le vide en demandant leur avis à des gens qui passent ou qui n’étaient pas loin.

Le résultat est bien souvent navrant de bêtise et de simplistes et c’est bien normal car en réfléchissant un peu, la plupart du temps on se retrouve en ville pour faire du shopping, pas pour répondre à des questions qui demandent un minimum de recul et de réflexion.

Mais après Utoya non. Jamais je n’ai vu autant de personnes avoir la même réaction face à l’horreur. Et cette réaction pourrait se résumer ainsi: »Je ne comprends pas comment ce genre de chose est possible ». Cela signifie que ces gens, même les gamins survivants de l’île, avaient cherché à comprendre et ne comprenaient pas.

Dans la foulée, le premier ministre norvégien déclarait que face à une telle violence, le pays aurait besoin de plus de démocratie.

Relisez ces mots, attentivement, encore et encore:

Ils ont cherché à comprendre.

Devant une telle attitude, on comprend, enfin on devrait comprendre, le degré de civilisation atteint par la société norvégienne. Pas de condamnation, pas de jugement hâtif, pas de désir de vengeance, juste le désir de comprendre.  Une démarche d’une humanité rare que par exemple les américains ont été incapable d’adopter après le 11 septembre ce qui leur a coûté deux guerres, des milliers de vies de soldats américains, plusieurs lois portant atteintes aux libertés civiles, une solide inimitié d’une bonne partie du reste du monde et j’en passe.

Aujourd’hui, en Belgique, Nordine Amrani vient de commettre un acte horrible avant de se donner la mort. A la lecture des réactions sur Facebook ou Twitter, une évidence s’impose: nous ne sommes pas norvégiens.

On trouve à la pelle des réactions haineuses, racistes, d’une bêtise affligeante énoncées sans aucune retenue par une myriade de petits juges autoproclamés qui seraient à juste titre les premiers à se plaindre de se voir appliquer une « justice » aussi expéditive.

Un groupe Facebook, « Marche blanche pour Nordin Amrani », créé par un fumiste courageusement anonyme, a parfaitement atteint son objectif. Il se déverse des torrents de haine pure depuis la création de la page.

Un député inconsistant, demi facho notoire éjecté du PP, récupère l’événement comme il le fait à chaque fois qu’un arabe balance un mégot sur un trottoir.

On attend avec impatience la création d’un autre groupe qui réclamera haut et fort le retour de la peine de mort.

Ce n’est qu’un début. On va assister au balai des politiques qui ne seront pas en reste pour proposer qui un durcissement des règles concernant la lbération conditionnelle, qui l’expulsion des criminels d’origines étrangères.

Toujours la même rengaine, sans cesse rejouée jusqu’à la nausée. Mais jamais cette simple petite question, celle qui nous forcerait à agir avec un minimum d’intelligence, la seule question valable, civilisée, qui peut apaiser, faire avancer, permettre les solutions: pourquoi?

Ah ça ma bonne dame, on n’est pas norvégien.